Inspirations & Motivations

Julien Levy - un professeur à temps plein! - Le yoga, la musique, une passion de vie....

15 novembre 2018 18:13

Julien Levy, professeur de yoga, thérapeute corporel, auteur, rédacteur en chef de Yoga Journal France. @julienlevy.yoga sur Instagram

(Photo par Blandine Soulage)

Comment tu as découvert le yoga?

Il y a plus de quinze ans, j'étais suivi par une kiné formidable, pour des problèmes de dos (j'ai une vertèbre lombaire cassée, ce que l'on appelle un spondylolisthésis). Elle pratiquait la méthode Mézières, basée sur les étirements des chaines musculaires et la respiration. Elle était très clairvoyante et, un jour, elle m'a conseillé de faire du yoga. A l'époque, j'avais en tête tous les clichés du yoga mou, ennuyeux, fait pour les mamies... Je n'ai donc pas suivi son conseil. Mais la vie est facétieuse et très bien faite ! A l'époque, j'étais journaliste et un magazine m'a confié la rédaction d'un article sur le yoga dynamique. J'ai donc été obligé de tester... Mon premier cours fut un Ashtanga très intense. J'ai eu une révélation et n'ai jamais cessé de pratiquer. Clin d’oeil de la vie, le yoga me ramène au journalisme (je suis aujourd’hui rédacteur en chef de Yoga Journal) et m’offre de déployer mes ailes avec l’écriture de livres...

 

Le yoga t’apporte quoi ?

D'abord un bien-être physique : le yoga a sauvé mon dos ! J'ai toujours ce spondylolisthésis, mais la pratique a libéré les tensions, détendu les contractions de compensation, assoupli ma colonne et renforcé mon gainage, ce qui offre un maintien naturel à la vertèbre.

Mais les bienfaits vont bien au-delà du physique. Par l'espace qu'il crée en moi, autant dans le corps que dans l'esprit, le yoga a ouvert des portes vers des paysages insoupçonnés de moi-même. Il a calmé mon mental et mon ego, assouplit mon caractère tout en me permettant de me trouver et d'affirmer qui je suis, il m'a ouvert à mes émotions. La pratique me permet de mieux connaître mes limites et de les poser de manière plus douce. Le yoga a encore plus libéré ma créativité et m'a ouvert à une spiritualité délicieuse.

 

Comment as-tu commencé à intégrer les arts martiaux et le yoga ?  

J'ai pratiqué le karaté plusieurs années. Lorsque j'ai découvert le yoga, je me suis toujours dit que ces deux pratiques pourraient se marier à merveille. Arts martiaux et yoga ont beaucoup de points communs : l'éthique de réciprocité, une philosophie de vie, la concentration, le respect, la maîtrise et la connaissance de soi. La notion de guerrier leur est également commune. En Inde, il existe une caste de guerriers... Et Shiva, le premier des yogis, s'incarne en Virabhadra, un guerrier féroce !  Cela m'a conduit à pratiquer avec Duncan Wong, un yogi ancien compétiteur en arts martiaux, et j'ai également testé le Budokon.  Sachant mon amour pour le yoga et les arts martiaux, tu m'as un jour demandé de créer un cours fusion pour le Festival de Yoga de Val d'Isère et le site Yoga Chez Moi. J'ai ainsi mis au point des séances de Budo Yoga (la voie du guerrier unifié en paix), mélange de vinyasa, d'arts martiaux, de pratiques énergétiques, d'équilibres...

 

Qu’est-ce qui a été le déclic pour toi de tout changer dans ta vie professionnelle pour poursuivre ta passion à 100% - pleinement dans le yoga et le bien-être ? 

Un appel, une évidence, le sentiment d'être guidé sur cette voie de la pratique et de la transmission... C'est difficile à décrire. La vie s'est beaucoup chargée d'organiser cela pour moi. J'ai dû agir aussi, je suis passé par de nombreux moments de doutes, mais à chaque fois que j'ai voulu abandonner et reprendre une voie plus académique, cela ne fonctionnait pas. J'ai donc décidé de persévérer dans le yoga, en apprenant la patience (j'en avais besoin!).

 

Tu enseignes du yoga dans les bureaux – comment vois tu la place du yoga dans un domaine « professionnel »?

Le yoga est l'un des meilleurs outils que je connaisse pour la gestion du stress et des émotions. C'est également un formidable outil relationnel avec soi et les autres, donc très utile dans le domaine professionnel. Le stress est sans aucun doute le mal de ce siècle, particulièrement dans le monde du travail où l'être humain se sent sous pression et peut vivre une quête de sens. D'un état naturel de bien-être, notre organisme passe à un état de tension. Nous en avons parfois besoin : il est nécessaire de bander l'arc pour décocher la flèche et atteindre la cible. Sans mise en tension, la flèche ne va pas loin. Mais si l'archer maintient l'arc bandé trop longtemps, il tremble, fatigue et finit par rater sa cible. Cette mise en tension de l'organisme permet de trouver les ressources pour faire face à une situation : un dossier à rendre en urgence, une présentation avec enjeux, une négociation avec un client... Face au stimulus, notre corps-esprit déclenche la production d'hormones (notamment l'adrénaline et le cortisol) pour nous donner de l'élan, afin de « fuir ou combattre ». Nous entrons dans une courbe ascendante qui nous donne de l'élan. Le problème survient lorsque la situation s'installe sur la durée. Une fois le pic d'efficacité atteint, la courbe redescend et nous entrons dans une phase d'épuisement. Les recherches montrent que pour revenir à notre état optimal, nous ne pouvons pas gravir la courbe en sens inverse. Notre corps-esprit a besoin de revenir à un état de bien-être, en activant la réponse de relaxation. C'est là que le yoga joue un rôle déterminant : la respiration consciente active ce système de détente et de régénération (le système nerveux parasympathique), le mouvement conscient dénoue les tensions physiques pour libérer la surcharge, la pleine attention à l'instant présent permet de ne plus être la marionnette des facéties du mental-singe et de trouver plus de satisfaction.

 

Tu asécris plusieurs livres liés au yoga maintenant. Est-ce que tu te retrouves plus en tant que professeur sur le tapis ou en écrivant ?

Les deux s'enrichissent mutuellement. Ma pratique personnelle et l'enseignement sur le tapis nourrissent mes livres. Mes livres me demandent des recherches, des précisions, des formulations, des clarifications qui nourrissent en retour les cours que je dispense. J'ai la chance d'avoir la confiance des Editions Jouvence, qui mettent du bien-être non seulement dans les rayons des librairies, mais aussi dans les relations au quotidien. J'ai de nouveaux projets avec eux et en suis ravi !

 

Tu as créé plusieurs EP de musique maintenant – qu’est-ce qui t’inspire dans le domaine de la musique ?

Cela reste mystérieux, car je n'ai pas étudié la musique. M'installer devant un piano et laisser la musique venir d'elle-même est un processus créatif très méditatif, une connexion spirituelle à mon guide pour n'être qu'un canal de transmission. Le yoga (j'inclus la méditation) est ma source d'inspiration principale et mon outil créatif. Mais j'ai aussi au fond de mon inconscient les compositions de Jean-Michel Jarre, Vangelis, Angelo Badalamenti (Twin Peaks), Ludovico Enaudi, Chopin, U2, Queen, Moby, Donna De Lory, Snatam Kaur et de nombreux artistes de la scène electro, New Age et mantra. Mon inconscient mixe tout cela avec les notes reçues de là-haut pour en faire des musiques de mindfulness.

Est-ce que tu penses que la pratique de yoga ouvre les portes de la créativité ?

Absolument ! En calmant le mental, en se connectant à son être essentiel et à d'autres plans de conscience, on entre en harmonie avec une source créative infinie.

Comment tu gères le quotidien? Quand est-ce que tu pratiques toi même ?

A mes yeux, la pratique ne se limite pas aux postures. Je pratique donc tous les jours : tôt le matin, souvent avant d'écrire, j'explore quelques asanas dont je ressens le besoin, puis une méditation. Je peux aussi pratiquer quelques postures le soir, même dans le lit, si besoin. Et puis l'essentiel est la conscience de la respiration et de l'instant présent, que j'essaie de ressentir le plus souvent possible au cours de la journée. Enfin, j'essaie de mettre du yoga dans mes relations, à l'extérieur, mais aussi à la maison avec mon épouse et les enfants, et à l'intérieur, avec moi-même. Je n'y arrive pas toujours, mais je persévère dans la pratique sans me focaliser uniquement sur le résultat (abhyasa vairagya).

Tu as aussi pris le rôle de rédacteur en chef de Yoga Journal France – comment tu gères ces différents rôles dans ta vie?

C'est un vrai régal de pouvoir mêler mon ancien métier de journaliste avec ma passion pour le yoga et sa transmission. Avec Yoga Journal, j'ai la chance de collaborer avec des gens passionnants. C'est un rôle que j'envisage comme une posture de yoga : sthira-sukham (stable et confortable).  Mais au-delà des rôles, j'ai le sentiment d'être à ma place, que les pièces du puzzle s'emboîtent. Disons que le fil conducteur est le yoga et que mes différentes facettes ont le bonheur de pouvoir s'exprimer autour de cette passion. Je mesure cette chance et remercie chaque jour pour cela.

Selon toi, le marché de yoga a-t-il beaucoup évolué ces dernières années ?

En quelques années, le nombre de pratiquants français est passé de 2 millions à près de 3 millions. L'engouement autour du yoga est certain, on redécouvre les bienfaits de cette pratique ancestrale, et c'est tant mieux ! Il y a certes un effet de mode, avec ses dérives. Le yoga est d'une richesse incroyable et a beaucoup à offrir à l'être humain qui a parfois tendance à le détourner de son sens. Mais le yoga a traversé les âges, s'est adaptée, s'est inspirée d'autres pratiques (Krishamacharya, le père du yoga moderne, s'est lui-même inspiré d’asanas traditionnelles, de gymnastique occidentale et de pratiques très physiques redécouvertes dans des textes anciens), il gardera son essence. Je recommande vivement cette vidéo de Donna Farhi « What makes yoga... yoga » (en anglais)

Qui sont tes héros et pourquoi?

J'ai mis du temps à répondre à cette question, car je ne peux pas vraiment dire que j'ai des héros très spécifiques et significativement ancrés dans ma vie. Et je suis convaincu que le meilleur guru est en soi.

Sans être l'un de ses fidèles, j'admire Amma pour son infatigable présence et sa capacité à agir de manière à la fois concrète et spirituelle dans le monde. J'admire aussi le chanteur Bono du groupe U2 pour la profondeur de ses textes (One est une merveille yogique!), la beauté de sa voix, sa philanthropie (malgré le fait qu'il soit mentionné dans les Paradise Papers) et la longévité de son mariage dans le milieu rock. J'aime aussi beaucoup Ganesha, son histoire de résilience a beaucoup à nous enseigner.

De manière générale, j'admire toutes celles et ceux qui explorent, se transforment, rebondissent face aux obstacles, trouvent leur voie, s'émerveillent de la magie de la vie, agissent positivement dans le monde tout en étant connectés à une dimension spirituelle.

Tu voyages pas mal pour ton travail, quand tu voyages quels sont les choses que tu amènes systématiquement avec toi ?

Ma respiration et la joie de découvrir ! Je n'ai pas particulièrement de « fétichisme » autour des objets. Selon le type de voyage, il m'arrive d'emmener mon ukulélé, un livre, mon rouleau de massage des fascias, et très souvent mon ordinateur, soit pour continuer à écrire le livre en cours soit pour faire de la musique ! Sinon, j'ai toujours dans le coffre de ma voiture : des tapis et blocs de yoga, mes chaussons d'escalade au cas où je trouve une salle de bloc et souvent une slackline.

Quels seront tes mots de sagesse ou d’inspiration pour tous ceux qui cherchent à faire se faire du bien dans leur quotidien ?

Cherchez l'équilibre, il s'enfuira ; trouvez votre respiration, il viendra. Le souffle est la clé : il relie à l'instant présent, source de bonheur ; il calme le système nerveux, source de régénération et de bien-être ; il apaise le mental, source de paix intérieure ; il connecte à la dimension sacrée de la vie, source de synchronicités souvent étonnantes. Et dans tout cela, sur le tapis de yoga, comme sur celui de la vie, explorez les limites, jouez à les déplacer sans les dépasser. Alors se révèle un espace intérieur aussi vaste que l'océan. Reste à le surfer !

Peux-tu donner quelques titres de livres qui ont inspirés ton chemin ?

Les Yoga-Sutras de Patanjali, The Laws of the Spirit World de Khorshed Bhavnagri, Only love is real de Brian Weiss, Les chemins de la Sagesse d'Arnaud Desjardins, La solution intérieure et Ecouter le silence à l'intérieur de Thierry Janssen, La prophétie des Andes de James Redfield, L'Empire des Anges de Bernard Weber et bien d'autres !

Si tu peux choisir une personne avec qui prendre le goûter ce sera qui et pourquoi ?

Mes enfants ! Pour qu'ils me parlent de leur journée, qu'on commente ensemble les actus de leur journal Quotidien avec parfois une mise en lumière yogique, qu'on se raconte des blagues ou qu'on fasse des jeux de mots (souvent « foireux ») en langue des oiseaux (détourner le sens des mots à partir de leur sonorité).

_DOU8072.jpgJulien Levy Portrait


Sélection de Inspirations & Motivations
Marie Milla - les sons et les énergies

Quand l'appel de l'énergie est là

Du yoga à parti de son salon

Faire du yoga dans son salon....

Lilou Macé

My Juicy Life

La Magie de Mai

Retrouvez votre corps - Prenez soin de vous

D'Autres Catégories De Style De Vie